Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nm Dagaz

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 00:07

La caisse bombait à ouate mille à l'heure et il était prêt.. Il traçait à travers les champs obscurs une faible ligne de lumière due a son phare cassé. Rien ni personne ne pouvait l'arrêter... Seul un arbre ou une embardée. D'ailleurs ce fut le cas puisque voila ce qu'il s'est passé :

Coupant la courbe un cerf surgit, style complètement ahuri. Deux secondes plus tard il était sans vie, complètement fini, arraché, démonté... Le choc fatal fit grand fracas, et de l'animal le sang gicla. A travers le pare-brise la bête passa, mais le véhicule fila droit, acharné, décidé... L'art n'est art que primaire, suicidaire.

La beauté de l'accident, sous la lune divine. L'aspect resplendissant d'une nouvelle discipline... Symphonie chaotique, éclats, bris de verre. Le sang pour chromatique, l'acte de mort presque involontaire. Débris en suspend dans l'air, romantisme sous-jacent, début d'un mouvement empreint d'esprit primaire...

Soudain le bolide partit de travers, sans adhésion à la terre. Rebondissant, il fit le grand saut, allaient commencer les tonneaux, le rodéo soubresaut... Les corps coupés furent mélangés, et de bouts de tôle agrémentés. L'installation fut terminée, un chef-d'œuvre était né d'une guerre éphémère... L'art n'est art que primaire suicidaire.

La beauté de l'accident, sous la lune divine. L'aspect resplendissant d'une nouvelle discipline... Création surréaliste d'une cohérence crédible. Sculpture indescriptible aux couleurs mélangistes. Comme des sacrifices à l'art, d'une émouvance que trop rare, la fin de destinés pour que l'œuvre soit créée...

L'art n'est art que primaire, suicidaire... Devant tant de beauté, personne ne fut touché. Ils nettoyèrent en paix, marmonnant leur piété. Ils détruisirent ce qu'ils ne pouvaient reconstruire : L'œuvre était finie totalement anéantie. Adieu reconnaissance, rien ne fut épargné ! Quelle trop courte existence, que de talent gâché ! Bientôt ne restèrent plus que des traces sur le sol, témoins impromptus de cette course folle. Le chauff'art avait signé son art !

Le seul hic de cette histoire, et qu'il est important de savoir, est que ce type n'avait jamais voulu faire d'art... Qu'il n'était en fait qu'un banal crétin de chauffard ! Et merde

 

®NDM

Partager cet article

Repost 0

commentaires