Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nm Dagaz

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 11:54

Durant l'été, c'est à la Médiathèque de Metz Pontiffroy qu'un choc s'est produit en moi : Etienne Delessert "Les affiches". Jusqu'à là rien de particulièrement excitant, ce nom ne rappelant rien à personne (en tout cas pas à moi). Mais une fois devant ses affiches, la catharsis s'est produite. Pour les jeunes de ma génération (fin 70') un indice : J'aime lire/ J'aime pas lire. Un monde enfantin et imaginaire où se croisent lutins, animaux, monstres et musiciens. Au fait les illustrations de Etienne Delessert ornaient les couvertures et pages des livres d'enfants que nous lisions. Etrangement ambigus, entre rêves et cauchemars, ses dessins ont nourri nos inconscients innocents. J'y ai découvert que ce monsieur avaient travaillé pour les manifestations théâtrales d'Am Stram Gram de Genève ou pour le festival Light & Sound à New York ainsi que beaucoup d'autres fêtes et manifs. Son must est apparemment ses affiches pour la maison de mode Ausoni (Suisse) peuplées de chats 'individualisés et interprétés'. A vrai dire une fois mon émoi passé d'avoir revu ces dessins d'antan, j'ai trouvé tout ceux-ci un peu fades bien qu'imprégnés d'un style très particulier. Au fait c'était un peu comme revoir un épisode de Bioman ou de X-Or... Peut être que d'ici 20 ans Harry Potter subira les mêmes atteintes...

Au contraire, je me suis laissé happé par les travaux de Georges Rousse visibles du 15/06 au 22/07 à la galerie d'exposition Saint pierre aux nonnains. Ses installations jouent sur les perspectives de photographies. Georges Rousse inscrit un cercle au centre de sa photo et y transforme l'espace et les couleurs. Se servant des fuyantes de la structure, il y déforme le lieu même. D'ici ou d'ailleurs les supports servants au modèle de base proviennent de lieux voués à la démolition ou à l'oubli, tantôt minimalistes, tantôt complexes, ceux-ci deviennent alors une énigme spatio-temporelle piégeant nos sens et tout ceci sans l'aide de produits prohibés.

La rentrée venue, le plus grand événement de musiques actuelles a vu le jour à Metz les 20 et 21septembre aux Arènes, le tout organisé par Notice France... Bien que la deuxième soirée annonçait de bonnes têtes d'affiches comme Laurent Hô ou Olivier Chesler, je n'en restais pas moins un néophyte en techno et décidais de ne faire que le vendredi 20; Sinsemilia, pour la 20ème fois en 1 an sur Metz, Thiéfaine (encore vivant), Asian Dub Foudation (mais de quand date leur dernier album?) ou encore In Vivo, le groupe que j'attendais, formé d'anciens de Kabal et de Lofofora... Hélas, ils n'atteindront pas la scène, stoppés par les limitations horaires. Du coup je zonais dans les Arènes, entre la bière sans alcool et les sandwichs peu nombreux et peu ragoûtants. Par chance j'avais un pass VIP et pouvait accéder au bar VIP, et ainsi acheter des bières alcoolisés. C'était encore l'endroit le plus sympa des Arènes Music. Artistes locaux, politiciens locaux, presses locales, rien de moins que d'habitude quoi... De cet endroit, j'ai assisté à un ballet étrange; les deux scènes disposées dans l'Arène vues de dessus. Tandis qu'un groupe se produisait sur l'une, l'autre rideaux fermés subissait la préparation des roadies pour les suivants. Mais, j'aurais du m'en douter, ces places privilégiées n'étaient pas autorisées et les malabars videurs nous prièrent d'aller voir ailleurs. Je rentrais chez moi. J'aurais souhaité vous parler de la nuit des stars (une co-production le Galaxie/RTL9 sur une initiative du Casino d'Amnéville groupe tranchant), se déroulant samedi, 5 octobre en même tant que la soirée Néo-Metal avec Nihil & Co. organisée par Divine Union et Evolution Prod. à l'After Club. Mais à mon grand damne, ma 309 m'a joué un mauvais tour et j'ai fini devant Quasimodo d'el Paris loué au vidéoK7 du coin.

Enfin comment ne pas parler du festival des Musiques Volantes qui a vu sa 7ème édition vivre du 17 octobre au 17 novembre (avec Goddar, Howie B, Red, Tonne...)? Mais si, ce festival axé sur la découverte et l'éclectisme, accueillant des musiques dites actuelles aux 'démarches artistiques singulières' développant ainsi 'une esthétique musicale novatrice' dont la ville de Metz est si fière. Vous ne voyez pas? c'est que vous faites partie des nombreux absents au festival... Tantôt soirées remplies avec des valeurs sûres, tantôt soirées désertes avec des artistes barrés, les musiques volantes visent principalement un public attiré par l'expérimental... Mais une question demeure : doit-on vraiment proposer une programmation musicale spécifique relativement fermée dans une ville où le public n'a même pas l'occasion d'apprécier une scène plus généraliste ?

Décembre 2002


Ca s'en va... :
- Erik Truffaz les 26 et 27 septembre aux Trinitaires
- Au BSM : Les expos d'Amandine P., Adeline R. & Christophe T. ; E. Fey, N. Nade et K. Longchamp, E. Bonnet, S. Mourgues et D.
- Murat Ozturk Trio le 01/10 aux Trinitaires
- Ballet Preljocaj les 16 et 17 octobre & la Cie Fattoumi – Lamoureux les 12, 13 et 14 novembre à l'Arsenal
- Sous la pluie au Théatre du Saulcy le 17 octobre
- Toto le 19/10 et Noir désir le 22/10 au Galaxie

Et ça revient...
:
- Installation spécifique de décembre à février 03 à la gallerie Faux Mouvement
- Expo plastique des artistes Anamorphoses à la MDE du 9 au 20 décembre
- Post Mortem le 14/01 au Théatre du Saulcy
- L'orchestre de passage le 29/01 aux Trinitaires
- Bon appétit, Messieurs ! les 11 et 12 février à l'Opéra-Théatre
- Le chien Andalou autour de Martin Matalon le 14/02 à l'Arsenal
- 20/02 Laurent de Wilde Quintet à l'Arsenal

Partager cet article

Repost 0

commentaires