Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nm Dagaz

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 11:53

Une plongée dans le Metz d'antan avec Auguste Migette... Présentée au musée de la Cour d'or, du 12/12/02 au 14/04/03 l'exposition Auguste Migette ou la chronique du pays messin nous offrit un grand nombre d'œuvres retraçant le Metz du XIXème Siècle. Faisant revivre l'histoire, énigmatique et passionnante. Dans la mouvance du romantisme, Migette, artiste touche à tout, passionné de Moyen-Age, sera collectionneur, directeur de l'école municipale de dessin, réalisera des décors pour le théâtre de Metz, etc... Autant d'étapes et de domaines relatés au long de cette exposition. On pouvait s'amuser à reconnaître (ou à s'efforcer de reconnaître) les lieux peints il y a plus de 100 ans, s'étonner du modernisme de certains traits, on encore s'attarder sur certaines scène quelques peu violentes ou ambiguës... Il faut dire qu'il y en avait pour tous les goûts et à tous les formats. Du portrait (d'inconnus ou de comédiennes), au décor théâtral (du comique au dramatique), en passant par les travaux de ses élèves et ses collections privées. Tout était cohérent mais rien ne se ressemblait. J'attendis à un moment le guide du groupe de touristes assurer que Migette avait enrichi le patrimoine messin par le don de ses collections privées qui plus est n'étaient même pas préméditées. Puisqu'elles n'étaient que des cadeaux reçus et des coups de cœur concédés... Ayant vécu une période intense de l'histoire, dont l'annexion de Metz, Migette passionne par ses visions de l'histoire qu'il puise dans les Chroniques messines, L'Histoire de Metz par deux religieux bénédictins ou le Dictionnaire du département de la Moselle de Viville... Offrant les visions de celui qui avant nous vécu à Metz, l'expo nous offrit un voyage au fil de la Moselle romantique, des Vosges à la région de Trèves. Je trouve toujours émouvant et un peu angoissant de revivre la réalité du passé, loin du virtuel, juste en quelques traits... Migette a beaucoup contribué à la formation du milieu artistique messin. Les artistes version 2000 laisseront-ils aussi de traces aussi indélébiles ? C'est l'histoire qui en décidera.

Côté musique, l'association Anamorphoses avait quelques fois fait parler d'elle... En ce mois de mars 2003, elle squattait un peu l'événementiel de la région messine. Tout d'abord avec ses trois tremplins Metiz'art (organisés en partenariat avec l'Acuenim) : Le tremplin Métal, le 11 mars aux Trinitaires, accueilli Astero H, [Toun], Headust, G.O.D et Stud. Ces derniers remportèrent l'approbation du jury (composé de commerçants messins, de professionnels de la zik, de membres de l'Acuenim...) et se produiront du coup au festival Metiz'art 2003 le 24 mai sur le plan d'eau de Metz. Le tremplin middle, le 12 mars aux Trinitaires vit Mad in H sélectionné, face à Jump for joy, IEM&A, Cornerstone, Charlie O. et Tahiti Bob. Enfin, le tremplin soft à l'entrée des artistes le 31/03 vit se produire Question d'humeur, Damoizo, Lucas et la mystery machine, Pisu et Torm, qui fut élu. La journée du 22 mars fut chargée : Tandis que 3 grapheurs Anamorphoses réalisaient un décor pour la Maison De l'Etudiant, la soirée Shake 3 prenait place à l'Ibiza de Bouzonville (57). Un flot de fureur emplit les murs de la boîte avec Tawn, [Toun] et Black Bomb A. Le public métal peu habitué à ce genre d'endroit pu slammer dans la fosse et se déhancher dans les cages de l'Ibiza en s'abreuvant du flot rageur de BBA... En 2ème partie (présentée par Dezakore) les métalleux épuisés laissèrent place aux teufeurs. Un étrange spectacle pris alors forme : sur fond de Hardcore avec Kaaza, AK47, Bud Burnerz, etc..., le public se dandina, en contraste total avec les beats ! Mais bon... L'hardcore a ses raisons que la raison ne connaît pas.

Enfin, l'arsenal de Moya en place du 8 mars au 18 mai à l'Arsenal, présente les œuvres de Moya... Et oui de temps à autre un peu de minimalisme ne fais pas de mal. Une galerie d'exposition assaillie de partout par ces 4 lettres : M.O.Y.A. Patrick Moya se représente dans quasiment tous ces travaux, en y inscrivant son nom, ou sous forme d'un petit bonhomme typé Pinocchio avec de petites binocles. Les titres ? Les rêves de Moya, Mayo angelot, Moya potier, etc... On pense aux aventures de Oui-Oui, voir à Moya l'abeille (ah ah ah... oui bon...), mais la comparaison s'arrête là. Touche de vie tantôt réelle tantôt futuriste, jeux de mots simplistes, délires narcissiques (on apprend au cours de l'expo que Moya dès l'âge de 9 mois fut 'exposé' par son père dans la vitrine de son magasin de primeurs), Patrick Moya s'essaie à tout. Et il réussit. Certes il est vrai qu'au début on se trouve quelque peu décontenancé par tous ces supports : peintures à l'huile, à l'eau, sculptures en céramique, en acier, meubles, œuvres virtuelles, fresques... Toutes ces ambiances enfantines, ces couleurs gaies et chatoyantes... Et je sais très bien que si en pénétrant dans la galerie, l'ambiance sonore avait été celle de M ou de Moby, cette expo ne m'aurait pas plus donné en vie de m'y attarder que si ça avait été Massive Attack comme c'était le cas. Le talent de l'artiste se trouve au fait très bien résumé dans cette phrase de Claude Fournet « Patrick Moya incarne une nouvelle race d'artistes. Peu compromise par les données idéologiques ou économiques du temps, capable cependant d'en retenir les moindres vibrations. » L'Ecole de Nice a donc un digne descendant : Moya artiste !

Ca s'en va... :
- Denis Moog Jazztet le 11 janvier aux Trinitaires
- Laurent de Wilde le 20 février à l'Arsenal
- Le show Johnny Halliday (par Jean-Marc)! Le 8 mars à l'Entrée des artistes
- Le Zic-Zac Tour (les 15-22-28/03 et les 04-11/04)
- Lord of the Dance le 22/03 au Galaxy
- Watcha et Kontre 2 le 4 avril à l'After Club par FQCB

Et ça revient... :
- Les soirées Nora Krea et Luna mix generation de Norapolis les 6 & 7 mai aux Trinitaires
- Magma à Rombas le 7 mai
- Les Rita Mitsouko le 16 mai aux Arènes
- Superbus le 22 mai à l'After Club
- Christian Globensky du 22 mai au 22 juin à la galerie Faux Mouvement
- Le Festival Metiz'art 2003 le 24 mai sur le plan d'eau

Partager cet article

Repost 0

commentaires